Le comité judiciaire de la Chambre des États-Unis a tenu une audition majeure sur les grandes préoccupations antitrust technologiques l’été dernier. Cela comprenait les témoignages de Tim Cook, Sundar Pichai, Jeff Bezos et Mark Zuckerberg. Le sous-comité antitrust s’est à nouveau réuni aujourd’hui et a révélé plus de détails sur la manière dont une législation qui pourrait être proposée dès ce printemps pourrait viser à réformer les grandes technologies comme Apple.

Rapportée par The Verge, l’audience d’aujourd’hui, intitulée «Relancer la concurrence, partie 1: propositions pour aborder le pouvoir des contrôleurs d’accès et réduire les obstacles à l’entrée en ligne» (disponible sur YouTube) s’est concentrée sur la compréhension de la façon dont les grandes technologies peuvent agir en tant que gardiens et sur les approches qui pourraient être efficaces pour nouvelle législation pour empêcher cela.

Détaillés par The Verge, les trois grands objectifs des projets de loi que nous pourrions voir proposés plus tard ce printemps viseront:

Interopérabilité et portabilité des données: les utilisateurs doivent pouvoir facilement emporter leurs données ailleurs. Exemple: pensez à la façon dont vous pouvez transférer votre numéro de téléphone entre les opérateurs. Avant la loi de 1996 sur les télécommunications, ce n’était pas toujours une option!

Non-discrimination: Fondamentalement, une plate-forme dominante ne devrait pas être en mesure de préférer ses propres produits à ceux de ses concurrents.

Remèdes structurels: scission de différents secteurs d’activité ou plates-formes au sein d’une même entreprise.

En particulier, l’aspect de non-discrimination sera le plus menaçant pour Apple car il fait face à de nombreux contrôles antitrust sur l’App Store, connectez-vous avec Apple, Apple Pay, etc.

  Apple annonce officiellement l'événement virtuel Apple Watch et iPad pour le 15 septembre

Bien que nous puissions voir les premiers projets de loi relatifs à la législation sur les grandes technologies relativement bientôt, il faudra peut-être un certain temps avant qu’ils ne soient finalisés et votés. Le sous-comité antitrust de la Chambre des États-Unis tiendra deux autres audiences avant le dépôt initial de la première loi.

Par ailleurs, la sénatrice Amy Klobuchar (D-MN), présidente du panel antitrust du Sénat, a présenté un projet de loi plus tôt ce mois-ci qui pourrait entraîner des amendes allant jusqu’à 15% des revenus annuels pour Apple et d’autres personnes considérées comme agissant de manière anticoncurrentielle.

Liés: